Menstruations : Les Sénégalaises veulent briser le tabou

Ce 28 mai, c’était la journée mondiale de l’hygiène menstruelle. Cependant, au Sénégal, elle n’a pas été célébrée comme il se doit, car le sujet reste tabou. Plusieurs acteurs du secteur privé et associatif ont lancé le programme Femin’in « Changeons les règles » pour lutter contre cette situation et changer les mentalités. 

Facebook Email Print Twitter Addthis Addthis
Menstruations
Menstruations

La menstruation est un processus biologique naturel. Cependant, elle est stigmatisée et mal connue, à cause des tabous culturels qui sont profondément enracinés dans la société sénégalaise. Les deux études de Speak Up en 2016 et 2017 démontrent cet état de fait. Selon l’organisation de mise en œuvre d’actions de plaidoyer en faveur du développement durable 9 personnes sur 10 ignorent l’origine et les facteurs explicatifs des règles et 83.56% des jeunes filles et femmes déclarent qu’elles n’étaient pas bien préparées pour accueillir leurs règles avec sérénité. Ce manque d’informations est surtout dû à l’environnement socio-culturel. En effet, les Sénégalais et sénégalaises ont du mal à discuter des sujets qui touchent l’intimité et la sexualité. 

Lire aussi ---> Science : les bienfaits du sexe sur la santé 

C’est à cause de ce manque d’informations que les menstruations sont souvent associés à la virginité, « On insiste plus sur la virginité que sur la question des règles ! », c’est l’avis du Dr Abdoulaye Diop, gynécologue obstétricien à la clinique NEST. Il ajoute « l’idée de l’impureté de ce sang qui s’écoule, pourtant absolument naturel et loin d’être sale, reste ancré dans les esprits. Interdiction de prier, d’avoir des relations sexuelles, de laver le linge… Autant d’actions prohibées pour les femmes qui ont leurs menstruations. Avoir ses règles devient une honte. »

Lire aussi ---> Voici comment se passe le développement psychosexuel chez les ados ? 

Autant de raison qui rende le sujet sur les menstruations taboues au Sénégal. C’est pourquoi l’entreprise ApiAfrique et la plateforme Yaay, accompagnée par le Dr Diop et Speak Up Africa, ont décidé de lancer le programme « Changeons les règles ! », en novembre 2017. « Il y avait un important besoin d’information et d’accompagnement. Les croyances et les tabous sur les menstruations limitent trop les femmes et contribuent à leur perte d’autonomie », a insisté Marina Gning, l’une des cofondatrices d’ApiAfrique. Le programme a mis en place des ateliers de sensibilisations. « Pour briser cette culture du silence, il était important qu’on mette en place des ateliers de sensibilisation, des journées d’échanges mère fille, des interventions dans des écoles… Toujours dans une approche pédagogique, avec une logique d’accompagnement, nous voulons informer les femmes et les jeunes filles, les aider à connaître leur corps et donc à ne pas subir leur condition de femme. Les règles ne doivent plus être vues comme une tare, une maladie honteuse, car cela impacte sur le regard que les jeunes filles portent sur elles et met à mal leur confiance en elles», a expliqué Seynabou Thiam. 

Pour plus d'informations sur la sexualité des jeunes, vous pouvez suivre "Paroles aux jeunes", sur VIBE RADIO 102.3 fm et sur la page Facebook de Vibe Radio Sénégal, chaque dimanche à partir de 20H.

Il existe un numéro vert, Lydia conseil, où des sages-femmes répondent aux questions portant sur la santé et la sexualité : 800 00 96 96

Par Papa Demba Ndiaye 

09.02
Queen Biz: la star, très émue par ces deux surprises de sa famille

Queen Biz, sa famille lui réserve deux grosses surprises le jour de son anniversaire. 

03.02
Nitdoff: le rappeur félicite le groupe Daara J Family

Suite à la sortie de l'album de Daara J Family, Nit Doff tire son chapeau au groupe. 

27.01
Mbaye Niang: le sportif, attristé par la mort de Kobe Bryant

Mbaye Niang, attristé par la mort de Koba Bryant, lui rend hommage "Rip Légende".